turluttesBin ouais je sais, c'est pas très fin. J'aurais pu mettre un peu de poésie pour fêter l'arrivée du printemps. La campagne qui reverdit, la sève qui monte, les jeunes filles en fleurs...:c'est pas les idées qui manquent avec ces superbes rayons de soleil qui te transforment un Jabato en beach boy.
A la rigueur, j'aurais même pu vous raconter qu'en bon doryphore bordelais, je me suis délecté d'avoir vu de mes propres yeux l'Union Bordeaux Bègles croquer une Section Paloise jusque là inviolée sur son terrain (22-27). Et ce, au nez et à la barbe d'un Portos qui ne croyait pas si bien faire en me payant un café au Bar des sports de Navarrenx le matin même. "A la section, ils ont un trou du cul grand comme ça" que j'ai entendu dire en référence à leur invicibilité domestique. Sacrés béarnais qui auront attendu le 21 mars et l'arrivée du printemps pour se faire mettre par de "vulgaires" bordelais. Et après tout ça, qu'on ne vienne pas me les briser si je parle comme une marchande à la charrette de la rue Elie Gintrac...
Et puis ceux qui me connaissent se doutent bien que je n'allais pas garder plus longtemps sous le coude cette photo ramenée d'une ballade dominicale sur le bassin d'Arcachon. Ça c'est du commerçant  et lui au moins il sait comment faire pour occuper le terrain. Si ça peut donner des idées à certains...
Allez j'arrête mes conneries, parce qu'après le chemin de Tirecul, je sens que  ce blog commence à partir en couilles. A partir de maintenant, je vais essayer de faire bonne figure comme Andiamo, un des personnages hauts en couleur du superbe blog collectif Blogborygmes, qui nous assure qu'(il) j'arrête la gaudriole. Foi de bordelais.