Le sportif imbécile

02 juin 2009

Mais c'est de la m... Jean Pierre !

Une surprise de m...

j_aimelamerdeJe n'ai rien trouvé de mieux à dire après avoir découvert Jean Pierre Coffe en personne vanter les mérites d'une célèbre enseigne de supermarchés discount. Et mon titre au goût douteux ne vise pas les produits au logo rouge et bleu mais plus sûrement la démarche de notre Jean Pierre national. Parce que manifestement, tout le monde n'en pense pas moins comme on peut le lire sur l'article "JP Coffe fait la promo de la malbouffe" de Laurent Vachié sur le Mague.

Je pourrais me dire qu'après tout, il fait ce qu'il veut, ce n'est pas le premier et encore moins le dernier qui succombe aux sirènes de la pub. Mais là, merde, ils nous prend pour des cons ou quoi en se préparant une retraite dorée Monsieur Coffe? Parce que franchement, pour un chantre de la lutte contre la malbouffe, qui proclame par dessus tout les produits de marché et les plats populaires, ça la fout plus que mal.

Une bibliothèque de m...

livrescoffeC'est que j'ai l'air fin maintenant avec mon livre de cuisine favori "A table en famille pour moins de 15 euros par jour". Moi qui me plaisais à le parcourir avant d'aller traîner aux capucins, ce "ventre de Bordeaux" qui n'a pas son pareil pour vous ouvrir l'appétit. Et je vous parle même pas de ce put... de gâteau de foie de volaille, tiré de "Les recettes de Vivement Dimanche prochain". J'en ai encore le goût à la bouche: à la fois très fin et puissant.

Que dire aussi de "Mes vins préférés à moins de 10 euros", un guide dont l'accessibilité m'a convaincu d'aller frapper aux portes des châteaux. C'est qu'il nous y présente autant l'analyse d'un œnologue que le travail, l'histoire et la façon de voir son vin du viticulteur. Autant de pistes pour aller écouter ces belles choses de la bouche de ces forçats de la vigne.

Même si je ne renie pas cette belle bibliothèque, pour moi c'est sûr le Jean Pierre Coffe cathodique est hors service, pour ne pas dire mort comme on peut le lire sur le blog des Duperré Barrera. On ne peut décemment pas courir deux lièvres à la fois, il en va du respect des auditeurs qui ont acheté ses livres et bu ses paroles comme du petit lait.

Une bouffe de m...

100_meilleurs_alimentsPersonne n'est dupe, il s'est construit un personnage et à son  âge, il n'a plus vraiment grand chose à perdre. Mais cela n'empêche pas moins que quand son cheval de bataille, pour ne pas dire son fond de commerce, la malbouffe, est une préoccupation de santé publique on se doit de conserver une certaine éthique. De là à promouvoir la grande distribution...

Il n'y a qu'à lire l'article "La liste noire de la malbouffe", paru en mars 2009 dans Le Point pour savourer cette amertume. Il s'agit d'une synthèse du livre publié par le medecin nutronniste du CHU de Montpellier Laurent Chevalier "Les 100 meilleurs aliments pour votre santé et votre planète". Partant du constat que l'industrie agro alimentaire est en partie responsable de 30% de nos cancers et de l'augmentation des maladies cardio vasculaires, ce docteur nous livre des pistes pour mieux decrypter les pièges de la malbouffe. 100 aliments modèles nous sont ainsi livrés en pâture ainsi que la liste noire des ingrédients à repérer sur l'étiquette.

Comme par exemple les huiles hydrogénées, contenues dans bon nombre de pizzas surgelées ou de barres chocolatées. Cette huile solidifiée, a une très facheuse tendance à boucher nos artères et a fait l'objet d'un reportage "Les acides gras trans" remarqué dans Envoyé spécial.

Une icône de m... 

Et puis, pour finir de cracher mon immense déception, je me suis trouvé une nouvelle icône anti malbouffe en la personne de Chacalman. Non content de nous donner sa vision de la société de consommation,  ce bon petit jeune en tire une conclusion peut être pas si merdique que ça. Quant à vous Jean-Pierre, je n'a qu'une seule chose à vous dire: merci pour vos livres, c'est que du bonheur. Pour le reste, vous savez ce que j'en pense maintenant...

Illustrations: "j'aime la merde" de NicolasNOva, "les 100 meilleurs aliments" a été volée quelque part sur le net (...), vidéo "C'est d'la merde" de Bustaja

Posté par Air 1 à 14:43 - Commentaires [23] - Permalien [#]


21 mai 2009

Le kenyan blanc

Enfin de retour après un mois d'absence sur ce blog: ce n'est pas avec tous ces week-end à trois jours que je vais avoir le temps de m'organiser...

Enfin un dossard...

steepleaCe n'est pas non plus faute d'avoir matière à écrire puisque j'ai enfin remis le dossard depuis février et mon dernier cross. La faute aux interclubs d'athlétisme, un de ces rares moments où le coureur de fond en vient à oublier sa solitude. Je ne ressentais pourtant pas spécialement l'envie d'aller me mesurer à mes congénères coureurs mais force est de reconnaître que cela ne m'a pas fait grand mal de me secouer un peu pour cette cause collective.

Pour ce qui est de mon "africanitude", vous aurez compris que je charrie un peu: ces photos d'un 3000m steeple couru en 2008 laissent entrevoir quelques soucis avec les barrières et la rivière. Alors, comprenez bien que j'étais content d'y échapper au 1er tour des interclubs avec un 3000m plat. 9'49", pas de quoi le crier sur les toits, mais la grande satisfaction d'avoir récupéré de ma grosse fatigue hivernale et, passez l'expression, de "courir comme je m'entraîne".

Pour une fois que je gagne...

steeplebMais au deuxième tour, je n'y coupais pas. Il fallait bien deux volontaires sur cet épreuve puisque mon club de Cenon était en position de jouer la gagne pour cette finale régionale des interclubs N2B. Ce n'était donc pas bien difficile de me convaincre de me mouiller les pieds. Et en terminant en 11'00" tout rond, j'étais certes un peu mou sur les bords mais pas si loin que ça de ma meilleure marque à 10'36". Et puis, il faut le dire, gagner en équipe: c'est toujours sympathique.

A nouveau d'attaque

En tout cas, tout cela est suffisamment encourageant pour me sentir à nouveau un coureur neuf et avoir quelques fourmis dans les jambes: j'ai maintenant envie de me préparer pour un objectif. C'est bien là un des mérites des interclubs: on a jamais bien envie de les préparer mais au final, on ne regrette pas d'être venu. Et puis c'est pas tous les jours qu'on peut boire dans la coupe et traîner au coin d'une table...

Photos: u.s. Cenon Rive Droite

Posté par Air 1 à 16:27 - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 avril 2009

Le roi du calembour

la_fine_bouche_ritCinq jours après, j'en rigole encore. De quoi ? De cette bonne blague de Portos qui a du vivre un grand moment d'anthologie sportive devant la finale de la coupe de la ligue Bordeaux-Vannes. N'ayant pu voir le match, c'est lui qui m'a appris le scénario par un sms envoyé à très exactement 21h41, à l'heure où les girondins célébraient déjà leur 4ème but. Voici le contenu du message, court mais on ne peut plus explicite:

Les vannes sont ouvertes

Sacré Portos! Je n'ai aucun mal à l'imaginer pété de joie devant son écran en train de me "textoter" sa trouvaille... Aussi, je me suis dit que le nouveau roi du calembour meritait bien un hommage appuyé avec la photo de cette belle boucherie bordelaise, sise porte Cailhau. Non content d'être un poète , ce boucher à l'ancienne nous gratifie de temps à autre de ses recettes et autres astuces de cuisson sur son blog de La fine bouche rit. C'est juste dommage que son activité ne semble pas lui laisser le temps d'y traîner plus souvent. Faut dire aussi qu'un boucher blogueur, ça ne court pas les rues.

Et sinon, j'en ai une autre pour finir de fêter la blague à Portos. L'autre jour, j'ai emmené mon petit poucet chez un pédiatre qui répondait au doux nom de Monsieur Logre. Si ce n'est pas de la fine boucherie ça...

Illustration: Nicolas G. de Nicodiz

Posté par Air 1 à 16:28 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

27 avril 2009

Le retour au stade

Enfin! Après 3 mois d'absentéisme forcené, j'ai retrouvé le chemin du stade. Ce n'était pourtant pas bien loin, ni bien compliqué. Mais depuis que j'avais décidé de courir à la carte, je commençais à me demander si j'allais finir par y remettre les pieds avant l'été.

Rendez vous avec Maître chrono

piste_athletismeCe matin là, je ne me suis pourtant pas levé dans une forme et encore moins dans une humeur exceptionnelle. Mais à moins d'une semaine des interclubs, il m'était préférable de refouler le tartan au moins une fois ou deux avant l'échéance, histoire de me rassurer ne serait-ce que sur mes capacités à franchir la ligne d'arrivée... C'est que depuis que j'avais pris la clé des champs, j'effectuais certes une séance de vitesse par semaine mais tout à la sensation et sans aucune référence de distance: des 30/30, des 1/1, des 1/2/3/2/1, etc... Et pas la moindre envie de m'etalonner sur une piste.

C'est donc comme guidé par un instinct de survie que j'ai commencé à trottiner sur la pelouse de Cenon Palmer. J'avais comme l'impression d'être anesthésié, imperméable à toute sensation. Je m'étais seulement mis en tête d'aller au bout de ma séance: 10x400m relâchés avec 1 minutes de récupération. J'ai même abrégé mon échauffement pour entrer plus vite dans le vif du sujet. Quelques étirements et trois lignes droites plus tard, j'étais alors prêt à m'envoyer le morceau. Et si je me présentais à la hussarde sur la ligne de départ, je n'ai pas pu faire l'économie d'une brève sensation de vertige au moment d'enclencher mon chrono. Tel un aventurier, j'appuyais aussitôt sur ce foutu bouton et lançais mon pied dans le vide.

Un sale quart d'heure plus tard

interclubs2008Je trottine à nouveau autour de la pelouse, la tête et les jambes engourdies par l'effort. Je me sens déjà comme apaisé d'avoir parcouru tout ce chemin. Ce n'était donc pas si compliqué que cela d'affronter la vérité du chrono. Surtout qu'avec des 400 en 1'15-1'13, j'ai pu constater que mes petites séances en nature m'auront permis d'entretenir la condition.

Pour le relâchement, on repassera. J'étais quand même un petit peu juste dans les 30 derniers mètres. Alors, je me suis arrêté après le 6ème... J'en suis pas spécialement fier mais je n'avais pas particulièrement envie de finir comme un bourrin. Du coup, je ne vais  surtout pas trop m'enflammer à quelques jours d'un 5000m ou d'un 3000m steeple: moins de 17' sur le premier ou 11' sur le deuxième me remplirait d'aise. Pour le reste, il faudrait déjà que je pense à revenir au stade. Et ça, c'est une autre histoire...

Photos: Piste athlétisme de Coasterman et le sportif imbécile: USCRD Athlétisme

Posté par Air 1 à 16:46 - - Commentaires [5] - Permalien [#]

22 avril 2009

Les vacances, c'est pas du cinema

Les Midi Pyrénées crèvent l'écran

Grandiose...Époustouflant...Carrément phénoménal...Ce ne sont pas les mots qui me manquent pour commenter  ma découverte de la campagne de valorisation de ses grands sites touristiques de la région Midi-Pyrénées. Faut dire aussi qu'il y a de quoi rester le cul collé à sa chaise avec des images, un son et une mise en scène dignes du septième art.
Les vidéos visibles sur le site Internet Grands sites de Midi Pyrénées sont on ne peut plus convaincantes: je met ma main à couper que vous serez pris d'une irrésistible envie de partir à la découverte de ces petits coins qui sentent bon le sud ouest. J'espère d'ailleurs que la vidéo du Pic du midi donnera quelques idées à mon sherpa attitré afin qu'il pense à préparer le terrain pour une prochaine sortie montagne. A condition bien entendu qu'il n'oublie pas de rester à ma hauteur...

La Gironde s'y met aussi

Ceci vu, il faut croire qu'en ces temps d'incertitude économique, rien n'est trop beau pour aguicher le touriste en goguette. C'est ainsi que le conseil général de Gironde met les charmes du département en vapointg2leur à travers la campagne "En Gironde, a chacun son point G". Outre un jeu de mot pour ainsi dire très recherché, cette campagne  fait de l'internaute lambda son acteur principal en lui offrant la possibilité de positionner son point G sur le site www.trouvezvotrepointg.com. Chacun d'entre nous peut ainsi placer un curseur sur un lieu qui lui tient à cœur et en décrire ses attraits. Séduit par l'idée de cette carte touristique collaborative, je me suis laissé tenté par une courte description de la place Calixte Camelle, celle là même où mon petit fait ses gammes de sportif imbécile. Et si j'ai bien l'intention d'y décrire mes coins pour courir, je vais quand même veiller à ne pas rester trop longtemps sur ce genre de sites. Parce que ce serait vraiment trop naze de passer des vacances virtuelles...


18 avril 2009

J'ai la patate chaude

Et non, il ne s'agit pas d'une de mes blagues à trois balles. Et encore moins la conséquence de ma première semaine d'entraînement consistante depuis le mois de janvier puisqu'elle a aussitôt été suivie d'une autre un peu moins convaincante...

patateschaudesSanji le traître

C'est plus simplement la faute à Sanji, de Courir c'est pour les nazes. Ce spécialiste bordelais des technologies de course à pied m'a refilé cette patate chaude qui porte bien son nom. L'exercice est pourtant assez puéril: il consiste à évoquer librement sept choses assez personnelles. Puis, comme toute patate chaude qui se respecte, il faut ensuite renvoyer la politesse à sept autres blogueurs. L'intérêt est bien évidemment de se faire découvrir d'autres horizons virtuels. Si l'exercice me rend un poil nerveux, j'avoue que je suis un peu flatté que Sanji aie pensé à moi. Parce que c'est bien la première fois que je suis embrigadé dans ce genre de conneries. Raison de plus pour me montrer à la hauteur...

Mes sept confessions intimes:

  • Un de mes grands plaisirs quotidiens: aller chercher le pain et le journal. C'est tout con mais c'est tout bon.
  • Une des choses que je déteste le plus: me prendre un vent par Jabato à l'entraînement. Dans ces moments là, j'ai carrément envie d'arrêter la course à pied...
  • J'ai le slip de Superman.
  • Mon idole de jeunesse: Jean Amadou Tigana. De tête: il est né à Bamako au Mali, il portait le numéro 14 et a joué entre autres à Lunel. J'ai poussé le mimétisme jusqu'à adopter le même plat préféré que lui, les endives au jambon.
  • Je trouvais que Desperate Housewives n'était rien de plus qu'une sérié américaine à la con pour les gonzesses en mal de mièvreries. Et puis je suis devenu complètement accro...
  • Un jour que je faisais du roller en novice, j'ai voulu épater ma "chère et tendre douce moitié" et mon petit frère en descendant une rampe de skate. Ils se sont bien marrés. Quant à moi, j'ai mis cinq bonnes minutes à me relever.
  • J'ai une particularité anatomique particulièrement extraordinaire qui fait l'admiration de mon entourage: j'ai la plus petite vessie du monde. Même pas la place pour un demi tant et si bien que cela m'est pénible de passer la moitié de mes soirées aux toilettes. 

Mes sept victimes

  • Les deux qui m'ont mis le pied à l'étrier sur ce blog: Jabato et Mic. Deux copains coureurs des vallées d'Ossau et d'Aspe (64). Bien fait pour vos gueules, fallait pas commencer. 
  • Romain de Vue d'en haut. Il est bordelais, il est fou de sport et de tous les médias. Ça donne envie de lui payer un coup à boire.
  • Fred Heas. Il arrive à me faire apprécier les images de synthèse et le design alors que ce n'est pas du tout mon truc.
  • Sia de Madrunner: il vient d'annoncer l'arrêt de son blog et surtout, de la course à pied. Ça rend toujours triste quand on aimait bien y faire un tour à l'occasion. Bon vent à toi et peut être à un de ces quatre.
  • Et enfin, je m'accorde une petite entorse à la règle du jeu avec les Robert Chapatte de ce blog, les commentateurs hors pairs Portos et le Canadien. Ils ont peut être pas ouvert de blog à ce jour mais je leur laisse une carte blanche pour un article sur le sportif imbécile. Ça me fait un peu peur parce que je ne sais pas trop de quoi ils sont capables mais l'idée m'amuse beaucoup. Chiche?

Je m'arrête là parce que je suis foutu de vous sortir une liste de cinquante blogs... Et pour les victimes, je n'ai qu'une chose à vous dire:

Envoyez la purée!

Illustration: Protégeons les patates de Alex et le temps qui passe (licence creative comons)

Posté par Air 1 à 13:07 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

08 avril 2009

Les joies du VTT

Des blagues douteuses, un poisson d'avril tiré par les cheveux, du sport virtuel... J'en ai conclu qu'il était peut être temps de me remettre à parler de sport si je ne veux pas finir par passer pour un imbécile davantage fini que sportif..

Sur les chemins de traverse

chemin_campagne_VTTCe n'est pourtant pas faute de m'adonner à l'exercice physique. Ces derniers temps, je me suis certes contenté d'entretien à base de footings et d'une séance de vitesse hebdomadaire. Mais j'ai aussi fini par prendre mon courage à deux mains en allant dépoussiérer mon VTT sur les chemins et la piste cyclable du pays de Créon. Rien de bien folichon jusqu'à présent: une ou deux sorties par semaine dans ce joli coin de verdure situé à portée de fusil de mon quartier de Bordeaux Bastide. Mais ce programme aura suffit à me donner une nouvelle motivation pour commencer à dessiner la suite de ma saison sportive.

Un retour remarqué sur les rando VTT

C'est ainsi que j'ai profité de mon dernier week-end béarnais pour m'aligner à l'improviste sur la Rand'Orthez, une randonnée VTT ouverte au tout venant. Et c'est bien le cas de le dire car j'avais la nette impression de venir de très loin sur la ligne de départ. Il faut dire aussi qu'avec mon cadre rigide, mes trois demi patins de freins, mon dérailleur capricieux et ma selle mangée par un chien tordu, je me sentais un peu seul au milieu de ces superbes mécaniques. Surtout que parmi tout ce monde, un seul gugusse avait omis de se munir d'un casque et je ne vous dis pas lequel...

Je m'efforçais donc de ne pas trop me complexer face à cette exposition de matériel digne d'un rassemblement de tuning. Après tout, je peux toujours ergoter que je suis un puriste, un vrai de vrai qui privilégie les sensations originelles du VTT. Et puis si je ne suis pas un cycliste confirmé, question condition physique, je n'ai raisonnablement pas trop à souffrir de la comparaison face à la majorité du peloton. Ceci dit, cela ne m'a pas empêché d'être raisonnable pour ma première rando depuis 5 ans en m'alignant sur le circuit de 35 km plutôt que sur les 25 ou 45km.

L'audace, ça paie ... pas toujours...

Les premiers coups de pédales auront eu pour effet de me libérer de toutes ces interrogations. Ça roule gentiment, la discussion est facile et il y a du monde, beaucoup trop même avec 419 vététistes. Et c'est bien là le seul reproche que je peux faire aux organisateurs que de ne pas avoir donné des départs échelonnés. Car à l'approche des passages techniques, obligation est faite de poser un pied à terre et d'attendre 5 minutes pour pouvoir prendre son tour. Ce qui ne permet pas d'apprécier le tracé à sa juste mesure et, il faut l'avouer, est un peu à contre sens de la philosophie du VTT.  Malgré ça, le parcours est très agréable et j'ai Cable_derailleurpris mon pied en dépit de mon manque de maîtrise technique et surtout d'assurance en descente. Ce qui m'a d'ailleurs valu d'aller manger de la luzerne dans un champ fraîchement labouré en loupant un virage...

Je n'ai pas non plus pu m'empêcher de décrocher un petit sourire narquois devant ces superbes VTT arrêtés sur le bas côté par la faute d'un incident mécanique. Ah que j'étais fier de mon petit Peugeot à ce moment là. C'est que depuis toutes ces années, il a démontré une solidité à toute épreuve. Le problème, c'est que je n'ai pas rigolé bien longtemps. Le temps pour mon câble de dérailleur de s'effilocher en s'enroulant dans ma cassette. Je me retrouve alors dans l'impossibilité de changer de rapports à moins de descendre de ma monture et de procéder manuellement. Pas très pratique et puis surtout, ça donne un de ces styles...

Après le premier ravitaillement, un nouveau bouchon m'a convaincu de faire demi tour et de rentrer via le circuit de 25 km. C'est que non seulement j'allais finir par mettre ma petite famille en retard pour un barbecue amical mais je sentais l'odeur de la galère roder insidieusement autour de moi. Bien m'en a pris car j'ai ensuite profité d'une circulation fluide et de superbes chemins avec une vue imprenable sur le pays orthezien. On passera donc sous silence que j'ai un peu morflé dans les côtes avec mon pignon fixe qui n'aurait pas dépareillé sur un vélodrome.

Vers de nouvelles aventures

Au final, je suis une fois de plus bien content de mon aventure. Si la nécessité de participer aux interclubs d'athlétisme en mai va me contraindre de retravailler les bases en course à pied, je suis décidé à continuer de rouler à travers la campagne. J'ai bien quelques randonnées en ligne de mire comme le raid du pays de Creon ou le raid des cimes à Mauléon). Mais d'ici là, il va me falloir m'attaquer à une révision en règle de mon VTT si je ne veux pas devenir le Mic Bordelais. Mais bon, il me faut bien l'avouer, depuis deux jours, j'ai commencé à regarder les VTT d'occasions. C'est que finalement, ça m'a l'air pas trop mal ça les semi rigides...

Pour ceux que ça intéresse:

Illustrations: Chemin de campagne en VTT de speedd 200, vidéo du parcours Rand'Orthez 2009 par VTT Orthez

Posté par Air 1 à 13:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 avril 2009

La team superbock à l'assaut de la transat BPE

carteParcours_transatBPE2L'affaire faisait l'objet de nombreuses tractations depuis quelques semaines. Elle a fini par se décanter à l'avant veille du départ de la transatlantique BPE à la voile Belle île en mer-Marie Galante. Sous l'insistance du sponsor, le limonadier portugais Super Bock, les navigateurs virtuels Portos 64 et le sportif imbécile que je suis, avons décidé de faire cause commune dans cette nouvelle course au large organisée par Virtual Regatta.

L'objectif est à la hauteur des ambitions placées dans cette union: être en mesure de rester au contact de la tête de la course et advienne que pourra. Nul doute que pour cette entreprise, nous ne serons pas de trop pour analyser les fichiers météo et prendre les quart à tour de rôle. C'est qu'à l'inverse du Vendée globe virtuel, cette transat se déroule sur un laps de temps plus réduit, un mois tout au plus. Inutile de préciser que la course se jouera sur des détails et qu'il s'agira avant tout de déjouer les pièges de l'atlantique nord pour attraper les alizés, véritables autoroutes des mers pour rejoindre les îles antillaises.

La course est partie ce dimanche à 15h et à l'heure actuelle les concurrents se tiennent dans un mouchoir de poche. Pour l'instant, il s'agit surtout de choisir la meilleur option possible avant d'amorcer la descente de l'atlantique car il faudra ensuite assumer ses choix météo jusqu'à l'arrivée. La team superbock navigue, elle,  à la 12 000 ème place et ce, malgré un départ catastrophique par la faute d'obligations dominicales prolongées... Première erreur préjudiciable mais pas insurmontable. Un fino pour la route?

Posté par Air 1 à 23:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : ,

01 avril 2009

Bordé de nouilles !

chanceOn croit que c'est toujours aux autres que ça arrive mais quand ça vous tombe dessus, on se demande s'il n'y pas un peu de divin dans tout cela. Depuis les quelques jours que j'ai appris la nouvelle, j'ai beau essayer de m'y faire mais je ne réalise pas vraiment.
C'est que pour la première fois de mon existence, j'ai gagné... le gros lot à un jeu concours. Début mars, en cherchant des idées cadeaux pour l'anniversaire de mes parents, j'avais rempli sans vraiment y croire un bulletin de participation. A gagner: un séjour d'une semaine dans un mobil-home sur la côte Croate, à Dubrovnik plus précisément. Et voilà pas que je reçois un courrier m'annonçant que j'ai décroché le pompon: à moi le soleil et les douceurs slaves cet été. Je vous décris même pas le plaisir que j'ai pris à annoncer cela à ma "douce moitié". Et dire qu'en lieu et place de cette ballade méditerranéenne, j'escomptais lui proposer une rincée en Bretagne...

Alors, vous comprenez bien que je n'arrête pas de me répeter que j'en ai le postérieur bordé de nouilles. C'est pas que je veuille vous mettre l'eau à la bouche mais cette chance insolente, c'en est presque écœurant. C'est d'ailleurs bien pour cela que j'ai choisi cette expression populaire comme titre de mon billet. Et pour s'en persuader, il n'y a qu'à aller jeter un œil sur le blog comptoirs du monde du bordelais Laurent. A lire toutes ces expressions, on y prend une véritable leçon de français digne du San Antonio cher à Jabato...

Illustration: chance sous licence CC de FreeWine

Posté par Air 1 à 13:10 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

26 mars 2009

Je veux être champion du monde

petitcoureurssepiaÇa y est, après moult tergiversations, j'ai trouvé le véritable objectif de mon été. Celui pour lequel je n'ai pas peur d'annoncer la couleur: me qualifier pour la finale du championnat du monde de billes. Rien que ça. Et pour ceux qui ne connaîtraient pas les règles de ce sport d'été, cela consiste à pousser sa bille sur un circuit de sable au profil tourmenté, avec un petit coureur cycliste pour indiquer sa position. Et si les finales françaises et mondiales se déroulent traditionnellement fin août à Royan, il faut s'y qualifier dans le cadre d'une des nombreuses étapes du mondial 2009.

Ça tombe bien, une étape va très bientôt être organisée sous le giron de la communauté des communes de Montesquieu en Gironde. Selon ce que j'en sais, elle se déroulera du 31 mars au 04 avril ainsi que les 6 et 7 avril sur le parking du Leclerc de Léognan. Et à défaut d'en être, il y a aussi moyen d'aller traîner avec son sac de billes sur une des étapes charentaises toutes proches cet été.

Si j'espère enfin pouvoir en découdre, c'est que depuis près de 30 ans que cette manifestation existe, j'ai eu le temps d'en entendre parler via Sud Ouest. Il faut dire aussi que je passais des après midi entiers à jouer aux petits coureurs avec, s'il vous plaît, des obstacles en plâtre fabriqués par un oncle bienveillant. J'allais même jusqu'à noter mes classements sur un petit cahier, empruntant le nom des champions avec une nette préférence pour les consonances flahutes.

Et ce jusqu'au passage en 5ème, qui a été fatal à mes jeux d'enfant. Je me souviens bien d'avoir honteusement rechuté à 14 ans un mercredi après midi que j'étais seul à la maison. Mais je m'étais alors promis de raccrocher les billes, histoire d'entrer pour de bon dans la cour des grands. C'est bien ce qui m'amuse dans l'histoire: presque 20 ans plus tard, j'ai de nouveau envie de me rêver champion du monde un jour. De billes certes, ça a peut être moins de gueule mais ça le fait quand même... Il y aurait quelques volontaires pour m'accompagner ?

Posté par Air 1 à 23:16 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : ,