Des blagues douteuses, un poisson d'avril tiré par les cheveux, du sport virtuel... J'en ai conclu qu'il était peut être temps de me remettre à parler de sport si je ne veux pas finir par passer pour un imbécile davantage fini que sportif..

Sur les chemins de traverse

chemin_campagne_VTTCe n'est pourtant pas faute de m'adonner à l'exercice physique. Ces derniers temps, je me suis certes contenté d'entretien à base de footings et d'une séance de vitesse hebdomadaire. Mais j'ai aussi fini par prendre mon courage à deux mains en allant dépoussiérer mon VTT sur les chemins et la piste cyclable du pays de Créon. Rien de bien folichon jusqu'à présent: une ou deux sorties par semaine dans ce joli coin de verdure situé à portée de fusil de mon quartier de Bordeaux Bastide. Mais ce programme aura suffit à me donner une nouvelle motivation pour commencer à dessiner la suite de ma saison sportive.

Un retour remarqué sur les rando VTT

C'est ainsi que j'ai profité de mon dernier week-end béarnais pour m'aligner à l'improviste sur la Rand'Orthez, une randonnée VTT ouverte au tout venant. Et c'est bien le cas de le dire car j'avais la nette impression de venir de très loin sur la ligne de départ. Il faut dire aussi qu'avec mon cadre rigide, mes trois demi patins de freins, mon dérailleur capricieux et ma selle mangée par un chien tordu, je me sentais un peu seul au milieu de ces superbes mécaniques. Surtout que parmi tout ce monde, un seul gugusse avait omis de se munir d'un casque et je ne vous dis pas lequel...

Je m'efforçais donc de ne pas trop me complexer face à cette exposition de matériel digne d'un rassemblement de tuning. Après tout, je peux toujours ergoter que je suis un puriste, un vrai de vrai qui privilégie les sensations originelles du VTT. Et puis si je ne suis pas un cycliste confirmé, question condition physique, je n'ai raisonnablement pas trop à souffrir de la comparaison face à la majorité du peloton. Ceci dit, cela ne m'a pas empêché d'être raisonnable pour ma première rando depuis 5 ans en m'alignant sur le circuit de 35 km plutôt que sur les 25 ou 45km.

L'audace, ça paie ... pas toujours...

Les premiers coups de pédales auront eu pour effet de me libérer de toutes ces interrogations. Ça roule gentiment, la discussion est facile et il y a du monde, beaucoup trop même avec 419 vététistes. Et c'est bien là le seul reproche que je peux faire aux organisateurs que de ne pas avoir donné des départs échelonnés. Car à l'approche des passages techniques, obligation est faite de poser un pied à terre et d'attendre 5 minutes pour pouvoir prendre son tour. Ce qui ne permet pas d'apprécier le tracé à sa juste mesure et, il faut l'avouer, est un peu à contre sens de la philosophie du VTT.  Malgré ça, le parcours est très agréable et j'ai Cable_derailleurpris mon pied en dépit de mon manque de maîtrise technique et surtout d'assurance en descente. Ce qui m'a d'ailleurs valu d'aller manger de la luzerne dans un champ fraîchement labouré en loupant un virage...

Je n'ai pas non plus pu m'empêcher de décrocher un petit sourire narquois devant ces superbes VTT arrêtés sur le bas côté par la faute d'un incident mécanique. Ah que j'étais fier de mon petit Peugeot à ce moment là. C'est que depuis toutes ces années, il a démontré une solidité à toute épreuve. Le problème, c'est que je n'ai pas rigolé bien longtemps. Le temps pour mon câble de dérailleur de s'effilocher en s'enroulant dans ma cassette. Je me retrouve alors dans l'impossibilité de changer de rapports à moins de descendre de ma monture et de procéder manuellement. Pas très pratique et puis surtout, ça donne un de ces styles...

Après le premier ravitaillement, un nouveau bouchon m'a convaincu de faire demi tour et de rentrer via le circuit de 25 km. C'est que non seulement j'allais finir par mettre ma petite famille en retard pour un barbecue amical mais je sentais l'odeur de la galère roder insidieusement autour de moi. Bien m'en a pris car j'ai ensuite profité d'une circulation fluide et de superbes chemins avec une vue imprenable sur le pays orthezien. On passera donc sous silence que j'ai un peu morflé dans les côtes avec mon pignon fixe qui n'aurait pas dépareillé sur un vélodrome.

Vers de nouvelles aventures

Au final, je suis une fois de plus bien content de mon aventure. Si la nécessité de participer aux interclubs d'athlétisme en mai va me contraindre de retravailler les bases en course à pied, je suis décidé à continuer de rouler à travers la campagne. J'ai bien quelques randonnées en ligne de mire comme le raid du pays de Creon ou le raid des cimes à Mauléon). Mais d'ici là, il va me falloir m'attaquer à une révision en règle de mon VTT si je ne veux pas devenir le Mic Bordelais. Mais bon, il me faut bien l'avouer, depuis deux jours, j'ai commencé à regarder les VTT d'occasions. C'est que finalement, ça m'a l'air pas trop mal ça les semi rigides...

Pour ceux que ça intéresse:

Illustrations: Chemin de campagne en VTT de speedd 200, vidéo du parcours Rand'Orthez 2009 par VTT Orthez