carteParcours_transatBPE2L'affaire faisait l'objet de nombreuses tractations depuis quelques semaines. Elle a fini par se décanter à l'avant veille du départ de la transatlantique BPE à la voile Belle île en mer-Marie Galante. Sous l'insistance du sponsor, le limonadier portugais Super Bock, les navigateurs virtuels Portos 64 et le sportif imbécile que je suis, avons décidé de faire cause commune dans cette nouvelle course au large organisée par Virtual Regatta.

L'objectif est à la hauteur des ambitions placées dans cette union: être en mesure de rester au contact de la tête de la course et advienne que pourra. Nul doute que pour cette entreprise, nous ne serons pas de trop pour analyser les fichiers météo et prendre les quart à tour de rôle. C'est qu'à l'inverse du Vendée globe virtuel, cette transat se déroule sur un laps de temps plus réduit, un mois tout au plus. Inutile de préciser que la course se jouera sur des détails et qu'il s'agira avant tout de déjouer les pièges de l'atlantique nord pour attraper les alizés, véritables autoroutes des mers pour rejoindre les îles antillaises.

La course est partie ce dimanche à 15h et à l'heure actuelle les concurrents se tiennent dans un mouchoir de poche. Pour l'instant, il s'agit surtout de choisir la meilleur option possible avant d'amorcer la descente de l'atlantique car il faudra ensuite assumer ses choix météo jusqu'à l'arrivée. La team superbock navigue, elle,  à la 12 000 ème place et ce, malgré un départ catastrophique par la faute d'obligations dominicales prolongées... Première erreur préjudiciable mais pas insurmontable. Un fino pour la route?